Revue de presse

les médias parlent de nous

La Liberté
Lundi 17 décembre 2012

L’élan jubilatoire de l’ Oratorio de Noël

Appel des timbales, trilles allègres des bois, ferveur jubilatoire des cordes, fières sonneries des trompettes : l’introduction est idéale pour laisser éclater la joie des choristes dans une polyphonie flamboyante. L’écriture de Bach, qui varie élégamment les rapports de force entre les registres, laisse aussi apprécier la fougue sensible déployée par les archets baroques.

B. Ilschner

Vevey Hebdo
Vendredi 12 février 2010

Sous le charme subtil de la danse baroque

Divertissement musical et chorégraphique qui plonge le spectateur dans le tempo d’un autre temps. Dépaysement des sens, volupté du geste, velours des instruments, les Fêtes Galantes préparées par Frederick Haas, l’Ensemble baroque du Léman et les Boréades d’Alain Christen au Théâtre de Vevey, les samedi 6 et dimanche 7 février, distillaient cette grâce et cette douceur manquant si cruellement à notre temps.

Mireille Callu

Vevey Hebdo
Vendredi 9 mai 2008

Les Grands Motets

L’Ensemble baroque du Léman et le chœur “Novantiqua” de Sion, étaient réunis samedi 26 avril 2008, à la salle del Castillo, à Vevey, pour interpréter les trois Grands Motets de Jean–Philippe Rameau. L’ensemble dirigé par la violoniste baroque, Florence Malgoire, éminente interprète de la musique française qui enseigne à la Haute Ecole de musique de Genève, a fait une grande impression par sa ferveur et son authenticité.
“… les teintes subtiles du Quam dilecta, offrait des instants d’un pur bonheur. Tout au long des pièces, les solistes, le chœur et les instrumentistes où brillaient les bois et les cordes, se sont livrés avec générosité.”
“Comme à l’accoutumée, “Novantiqua”, préparé per son directeur, Bernard Héritier, a impressionné par la précision des attaques, l’homogénéité de ses registres et une intonation impeccable. Du bel ouvrage peaufiné par Florence Malgoire qui dirigeait l’ensemble avec une gestuelle roborative à défaut de sobriété.”
” Le quatuor vocal, rompu au style baroque, s’est totalement investi. La radieuse soprano Isabelle Poulenard et sa collègue, la touchante Noémie Rime, ont animé sans rivalité ce duo de divas. L’élégant et fringant ténor Jean–François Novelli et la basse Stephan Imboden, poignant d’intensité, se sont associés avec un incontestable métier.”
“L’ensemble baroque du Léman et son chef, le bassoniste Jean–Philippe Iracane, ont démontré une fois de plus, leur efficacité et leur maîtrise stylistique.”

Vevey Hebdo
Vendredi 9 février 2007

Le Carrousel du Roy

« De Vevey. Les intervenants, dirigés de l’archet par l’admirable Sigiswald Kuijken dans le rôle de M Lully, ont transporté les auditeurs–spectateurs à la cour des rois selon Molière, en costumes superbes, au milieu des sons enchanteurs de la musique à danser… Magie d’un directeur artistique de l’Ensemble Baroque du Léman, Jean–Philippe Iracane, merveilleux bassoniste (sur plusieurs variantes anciennes), un des fondateurs, et à tous ses collaborateurs de ce Carrousel du Roy… Deux heures trop tôt envolées où les jambes vous fourmillaient d’envie de danser. »

L’Onésien
Mercredi 17 janvier 2005

« J’ai assisté samedi soir à la salle Centrale, à un concert où des œuvres de Gluck et Mozart étaient jouées par l’Ensemble Baroque du Léman dirigé par Luc Baghdassarian avec Audrey Michaël, soprano. L’Ensemble Baroque du Léman est une formation récente composée de 24 musiciens. Mon épouse et moi–même avons hautement apprécié la prestation de ces artistes. Le choix d’auteurs célèbres étaient certes un gage de succès, encore fallait il que l’exécution fut é à la hauteur ! Ce furent nonante minutes de pur plaisir partagées par l’auditoire mais aussi par certains musiciens qui manifestaient leur bonheur de jouer ».

La Presse Riviera
Lundi 19 avril 2004

“…Concert apothéose… à l’Auditorium Stravinski à Montreux… Le chœur des Gymnases lausannois et l’Ensemble Baroque du Léman laissent éclater leur joie… L’Ensemble Baroque du Léman a apporté une contribution appréciée par sa souplesse et l’intonation précise des instruments anciens. Les trompettes baroques se sont montrées admirables dans l’Alleluia et pour la première, dans l’air de basse de bravoure “The Trumpet shall Sound”. L’Ensemble devient toujours plus le partenaire incontournable des choeurs de notre pays…”.

La Côte
Lundi 1er décembre 2003

“…Une interprétation vivante empreinte de charme et de ferveur du chef–d’œuvre inspiré de Haendel. L’approche n’est pas que fidèle, elle est aussi d’une fraîcheur, d’une grâce admirables… D’emblée, après le courte ouverture à la française, on est séduit par l’ambiance colorée créée par les instruments anciens de l’Ensemble Baroque du Léman… Une standing ovation a récompensé cette excellente interprétation…”.

La Gruyère
Mardi 8 octobre 2002

“…L’Ensemble Baroque du Léman s’est joint à De Musica… pour faire revivre deux œuvres originales oubliées par les musiciens : un requiem de Niccolò Jommelli et une cantate de Johann Ludwig Bach…
Les timbres de chœur sont bien homogènes et se fondent agréablement avec les couleurs de l’orchestre du Léman… De Musica et l’Ensemble Baroque du Léman se complètent à merveille, donnant au texte une signification particulière… la prestation de De Musica et de l’Ensemble Baroque du Léman a plus que conquis le public. Dans l’église aux accents gothiques, c’est le fruit d’un travail remarquable qui a été présenté…”.

Chronique de Pully
Vendredi 8 février 2002

“Le vendredi 25 janvier 2002 au Temple de Lutry, l’Ensemble Baroque du Léman a montré toute la fougue qu’on attendait pour son concert de lancement. En effet, ces 15 jeunes professionnels – Hans Egidi en tête, formés pour jouer sur instruments de facture ancienne, ont tenu leur très nombreux public en haleine à travers des œuvres de Bach, Vivaldi et Dornel. On retiendra particulièrement de cette soirée l’impressionnante virtuosité des vents et les couleurs presque magiques que produisirent les cordes ».

Le Journal de Morges
Vendredi 11 février 2011

Expérience en tout point captivante !

Exécution quasi parfaite Dès les premières pages, l’auditeur est frappé par le bon équilibre des timbres entre cordes et vents, la fluidité des exécutions, le piqué et la légèreté des pizzicati, la précision très mozartienne des traits, l’élégante manière dont les divers plans sont soulignés. Cela nous a valu deux symphonies, la No 25 KV 183 en sol mineur, et la No. 39 KV 543 en mi b majeur, de la meilleure facture, où les instruments dialoguent souvent entre eux, en une sorte de jubilation virevoltante.
…Concerto pour flûte KV 313 en sol majeur, où Barthold Kuijken nous a gratifiés d’une éblouissante exécution, toute de finesse et de virtuosité appogiaturée. Et dire que Mozart (dit–on) n’aimait pas la flûte, qui sonnait toujours faux à son goût…

J.J. Gallay

La Liberté
Mardi 14 avril 2009

Passion selon St Matthieu – Chœur Pro Arte Pascal Mayer

Une interprétation bien au–delà des notes (…)C’est un défi de taille que Jean–Sébastien Bach a légué aux interprètes en composant sa «Grande passion» BWV 244. Ce Vendredi–Saint, à Payerne, la «Saint–Matthieu» a une nouvelle fois fait merveille: le chœur lausannois Pro Arte et l’Ensemble baroque du Léman ont rebâti ce monument de la musique sacrée devant un public admiratif. A la direction, Pascal Mayer a fait preuve de maîtrise et de maturité pour éclairer l’architecture du vaste développement dramatique, tendu sur pas moins de trois heures.
Remplissant les larges espaces de l’abbatiale d’un son clair et franc (l’écho est exploité à bon escient), l’Ensembleinstrumental se positionne comme un partenaire de choix pour les chanteurs.
La sensibilité du jeu touche notamment dans les arias accompagnés par le hautbois, la flûte ou le violon solo (magnifique «Erbarme dich, mein Gott»), mais aussi dans les passages plus fournis impliquant tout l’effectif.

B. Ilschner

Tribune de Genève
Vendredi 2 mai 2008

Les Grands Motets

La musicienne, cheffe invitée de l’Ensemble baroque du Léman cette année, a la musique vissée dans l’âme. Question de gênes… Avec cette formation instrumentale et le chœur Novantiqua de Sion, les trois grands motets proposés de l’illustre Jean-Philippe, ont ainsi résonné avec une tendresse qui replace la concorde au centre de l’interprétation.
Et comme le sens du festival Agape est de renouer avec la fraternité et la convivialité à travers l’échange musical, l’ouverture ne pouvait mieux correspondre à la vocation de la manifestation. Belle entente encore entre les solistes Isabelle Poulenard et Noémie Rime (sopranos), Jean–François Novelli (ténor) et Stephan Imboden (basse), portés par cet élan harmonieux.

24 heures
Vendredi 9 février 2007

Le Carrousel du Roy

Créé en 2001 par le bassoniste Jean–Philippe Iracane et quelques amis « baroqueux », l’Ensemble Baroque du Léman a gagné depuis des galons mérités. Jusqu’à fêter ses cinq ans, le week–end dernier à Vevey sous la direction de Sigiswald Kuijken. « Malgré quelques petits problèmes de santé, j’ai eu un grand plaisir à travailler avec les musiciens de l’Ensemble Baroque du Léman. « D’autant plus que ma fille Veronica fait partie de cet excellent orchestre ».

Chablais
Lundi 24 mai 2004

Brin de folie lémanique : Fondé en 2001 par le bassoniste Jean–Philippe Iracane et fidèle accompagnateur des chœurs de noter pays, l’Ensemble Baroque du Léman a rarement l’occasion de se produire seul en concert. C’était donc un plaisir et une découverte de l’entendre, samedi dans des œuvres de J.S Bach.

Opernwelt
Lundi 8 mars 2004

“…Rameaus Hitparade. Michael Form dirigiert in Lausanne Orchestersuiten aus “Les Indes Galantes”… Initiator des Konzerts in der Salle Paderewski des Casino Montbenon war das in Lausanne ansässige Ensemble Baroque du Léman, das in der historischen Spielweise hinreichend Erfahrung hat und dem Diridenten agil folgte…”.

La Presse Riviera
Samedi 26 juillet 2003

“…l’Ensemble Baroque du Léman fondé en 2001 par Jean–Philippe Iracane qui joue ce soir de la doulciane… a apporté un concours apprécié et essentiel. Les cornets à bouquins, flûtes à bec, saqueboutes et cordes se sont montrés attentifs et ont constamment soignés leur intonation, notamment dans la merveilleuse “Sonata sopra Sancta Maria”. Roland Ulrich, théorbe et Benoît Zimmernann, orgue positif ont tenu avec distinction le continuo. Tous les participants ont ovationnés…”.

Vevey Hebdo
Vendredi 8 février 2002

“…Cela brillait du beau vernis des grands ensembles. En plus de leur sens “chromatique”, nos “baroqueux” lémaniques ont montré un grands sens de l’équilibre qui leur vient certainement d’un chef d’orchestre dont la direction semblerait superfétatoire aux puristes…”.

Revue Musicale Suisse
Vendredi 8 février 2002

Nous avons eu la chance de pouvoir assister au tout premier concert de l’Ensemble Baroque du Léman… en date du 26 janvier 2002 au Temple du Lutry avec un programme vivant et très varié, présentant des œuvres de Louis–Antoine Dornel, de Johann Sebastian Bach et d’Antonio Vivaldi. Ce fut un moment de plaisir intense dû non seulement à l’excellente exécution, mais également à la chaleur naturelle qui se dégageait de leur jeu, de leur volonté de dialogue avec le public.

La Liberté
Samedi 26 janvier 2002

…L’Ensemble Baroque du Léman s’est produit pour la première fois en novembre dernier à Fribourg et à Champlan (VS) avec le Chœur du Conservatoire de Fribourg dirigé par Yves Corboz. L’accueil enthousiaste tant du public que des choristes a conforté les deux (créateurs) dans leurs idées…”.